Aller au contenu Aller au menu principal Aller à la recherche Aller au menu contextuel

Nettoiement des espaces publics

La Métropole de Lyon a en charge le nettoiement de 2 850 km de voies et 8 millions de m² de trottoirs. 

Le nettoyage des espaces publics

Manuel ou mécanisé, le nettoyage des espaces publics concerne :

  • la chaussée,
  • les caniveaux,
  • les voies piétonnes,
  • les places publiques,
  • les ouvrages d'art (ponts, passerelles, tunnels, murs de soutènement),
  • les accotements et les fossés.

C'est quoi "nettoyer une voie" ?

Le nettoyage de base d'une voie c'est :

  • le lavage mécanique de la chaussée,
  • le balayage et le lavage (manuel ou mécanisé) du caniveau.


Mais le nettoiement c'est aussi :

  • Le traitement des déjections canines : il est assuré par le lavage des trottoirs et des caniveaux bien sûr.
  • Le nettoiement des marchés : chaque semaine, 222 marchés alimentaires sont nettoyés.
  • Le vidage des corbeilles à papier : leur vidage et nettoyage est assuré par des micro-bennes ou par les agents d'entretien.
  • Le nettoiement des trémies routières et des passages piétons souterrains : il a lieu la nuit afin de minimiser la gêne pour les usagers.
  • La maîtrise des végétaux et notamment le désherbage de 221 ha et le fauchage de 270 ha.

Les enjeux de ces missions

  • Maintenir la qualité des espaces publics en maîtrisant les coûts avec plus de 30 hectares supplémentaires à nettoyer chaque année.
  • Développer la proximité et le travail en partenariat avec un interlocuteur dédié à chaque commune permettant de communiquer et de sensibiliser les habitants, les élus des communes, les partenaires.
  • Innover et partager les expériences en matière de propreté urbaine : lancement en 2012 du réseau « Propreté des grandes villes » avec l’organisation de journées d’échange et la mise en service d’une plateforme d’échange.

La Métropole de Lyon applique la démarche du zéro phyto pour l'entretien des espaces verts de son territoire. Elle n'utilise aucun pesticide pour désherber les parcs, jardins, aires de jeux, places publiques, routes et trottoirs.

Pour entretenir les espaces verts, elle privilégie le fauchage raisonné en milieu péri-urbain qui permet de préserver les paysages et la diversité biologique et un désherbage manuel sur les zones les plus fréquentées : places, rues de centre-villes, entrées de villages etc. Une végétation spontanée pousse dans les autres espaces laissés au naturel. Ils sont traités de façon plus rare, 2 à 4 fois par an, à l'aide de produits certifié "zéro phyto".

La collecte des feuilles mortes au travers de modes opératoires variés amène la Métropole de Lyon à composter 500 tonnes de feuilles mortes par an.

La propreté des espaces est de la responsabilité de chacun. Plusieurs actions de partenariat sont menées par la Métropole : 

  • Les conventions qualité-propreté : 24 signées avec les communes et 2 signées avec la restauration rapide, Quick et Mc Donald’s. Elle s’appuie sur l’identification de points ou secteurs sensibles prioritaires avec des actions concrètes et coordonnées entre les villes et le Grand Lyon pour atteindre l’objectif du résultat attendu. La démarche se poursuit avec l’objectif de l’élargir à de nouveaux outils et de nouvelles enseignes.

  • Faites de la propreté est un événement initié par le Grand Lyon et décliné sur tout le territoire. Ce sont des animations ludiques et informatives pour encourager au respect de l'espace public, promouvoir les bons gestes et faire connaitre les métiers de la propreté.

  • Les animaux en ville : si les chiens sont les bienvenus sur l’espace public, leurs déjections le sont beaucoup moins : elles salissent trottoirs ou espaces verts et participent à la prolifération des microbes. Elles peuvent être ramassées à l’aide de sacs spécifiquement conçus pour cela ou avec n’importe quel autre moyen approprié pour rendre les lieux propres.
    De nombreux propriétaires de chiens ont déjà acquis le geste "propreté". Ramasser les déjections de son animal est une obligation prévue dans le cadre du code pénal (art R632-1), du règlement sanitaire départemental (art 97 et 122) et d’arrêtés municipaux. Le non ramassage fait encourir à son maître une contravention d’un montant minimal de 35 €. La réglementation obligeant au ramassage ne s’applique pas aux personnes aveugles.