Cité internationale de la Gastronomie

La Cite internationale de la gastronomie de Lyon a rouvert en octobre 2022. Objectif de ce nouveau projet : concilier dans un même lieu une gastronomie vivante, locavore, valorisante pour les métiers de l’alimentation et de l’agriculture du territoire.

Actualité

Washoku : le mois de la diversité de la cuisine japonaise

Du 3 février au 5 mars, la Cité Internationale de la Gastronomie de Lyon accueille WASHOKU, une présentation de la cuisine japonaise dans toute sa diversité.

Infos et programme sur https://washoku.fr/

Les jeudis de la Cité : tous les jeudis une animation pour sensibiliser aux enjeux de l'alimentation

  • Le 2 février à 19h : Conférence La transition alimentaire et la part du végétal dans nos assiettes
  • Le 9 mars : Conférence Le microbiote de la naissance au 3ème âge : tout savoir
  • 16 mars : showcooking animé par le chef Alain Alexanian et l’association Récup et Gamelles

Banquet du 21 octobre 2022 au 5 novembre 2023

Pour fêter sa réouverture, la Cité internationale de la Gastronomie accueille Banquet, une grande exposition ludique, scientifique et goûtue ! Présentée pendant plusieurs mois à la Cité des sciences et de l’industrie, à Paris, cette exposition itinérante s’installe logiquement à Lyon, la capitale de la gastronomie.

De la cuisine à l’amuse bouche pour finir par le banquet-spectacle : le parcours de l’exposition est organisé en trois espaces. Investissez d’abord la cuisine, et glissez-vous dans la peau d’un apprenti cuisinier. Vous découvrirez les subtilités des temps de cuisson, du dressage des desserts ou encore le bon maniement des ustensiles… Puis direction l’amuse-bouche, où vous pourrez mener des expériences sensorielles. Place enfin au moment tant attendu : le banquet ! Vous serez embarqué dans un grand spectacle immersif, mêlant images projetées, mapping, sons et odeurs. Un incroyable repas, dont le menu a été imaginé par le chef Thierry Marx et par le scientifique Raphaël Haumont. L'occasion d'en apprendre davantage sur le repas de célébration, ses codes et son histoire à travers les cultures et les époques.

Cette exposition a été conçue et réalisée par la Cité des sciences et de l’industrie, en partenariat avec l’Institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement (INRAE).

Bonnes tables, belles tables

Bonnes tables, belles tables est une exposition qui met en valeur le repas gastronomique des Français, inscrit au patrimoine immatériel de l'humanité par l’Unesco en 2010. Imaginé et conçu par le chef aux trois étoiles Régis Marcon, Bonnes table , belles tables rend aux arts de la table toute leur place dans la célébration du repas gastronomique : tables de fête et de saisons, vaisselle et linge de table, dressage des couverts et art du service... L’exposition raconte tout ce patrimoine français reconnu mondialement.

Miam Miam, l’espace pour les enfants

Dînette, casserole et paniers géants dans lesquels on se plonge, constituent l’univers merveilleux de Miam- miam ou l’on découvre les secrets du bien manger et de la cuisine.

Les 165 ans de la marque SEB, jusqu'au 26 février 2023

Le groupe SEB est membre fondateur de la Cité de la Gastronomie de Lyon. Il présente une exposition pour fêter son 165e anniversaire. 

Pour cette exposition, le visiteur est accompagné par 2 guides présentant l’évolution du Groupe SEB à travers 6 grandes périodes de son histoire. Un vrai voyage dans le temps avec des décors uniques pour chaque période permettant de découvrir l’univers du Groupe SEB. 

Venir à la cité de la Gastronomie

À partir du 4 janvier 2023, les tarifs suivants s'appliquent :

  • plein tarif : 7 €
  • tarif réduit : 4,50 €
  • pass annuel : 14 € (accès libre et illimité aux espaces de la Cité de la Gastronomie, dans la limite des horaires d’ouverture au grand public, ainsi qu’aux animations gratuites accessibles sur inscription).

L’achat des billets d'entrée se fait sur place.
Pour les tarifs réduits et gratuités, merci de présenter un justificatif en cours de validité lors de votre passage au contrôle d'accès.

Gratuité le 1er dimanche de chaque mois.

  • étudiants,
  • groupe de 10 personnes minimum,
  • familles nombreuses (3 enfants et plus),
  • détenteurs de la carte culture Ville de Lyon,
  • détenteurs de la carte musées Ville de Lyon.
  • moins de 18 ans,
  • demandeurs d’emploi et bénéficiaires du revenu de solidarité active et du revenu de solidarité jeunes (justificatif de moins de 6 mois),
  • personnes en situation de handicap et accompagnateurs (2 personnes maximum),
  • groupe d’enseignement pédagogique, de formation et d’insertion,
  • journalistes,
  • détenteurs de cartes Lyon City Card,
  • détenteurs de cartes Conseil International des musées (ICOM) ou Conseil international des monuments et des sites (ICOMOS),
  • accompagnateurs de groupe,
  • invité, participant ou organisateur dans le cadre d’une mise à disposition des espaces de la Cité de la gastronomie,
  • tout public le 1er dimanche de chaque mois et les journées d’inauguration des expositions situées dans les espaces attenants au Dôme des Quatre-Rangs,
  • tout public participant aux évènements nationaux d’ordre gratuit auxquels la Cité de la Gastronomie s’inscrit,
  • personnels et élus de la Métropole,
  • employés des partenaires financiers de la Cité de la gastronomie dans les limites fixées par les conventions de partenariat.

Un nouveau projet pour la Cité internationale de la Gastronomie

Après une première ouverture en septembre 2019, la Cité Internationale de la Gastronomie a fermé ses portes peu après son ouverture, dans le contexte de la crise sanitaire. En septembre 2020, la Métropole de Lyon a rouvert gratuitement les lieux et les salles les plus emblématiques du Grand Hôtel-Dieu et l’hôpital de la Charité.

Aujourd’hui, un nouveau projet est lancé plus en phase avec les enjeux d’aujourd’hui et en impliquant tous les acteurs du territoire. Le futur projet de la Cité Internationale de la Gastronomie de Lyon se veut tout aussi innovant et créateur de progrès que l’histoire de l’édifice qui l’abrite, tant en abordant la réflexion sur les enjeux économiques et écologiques de l’alimentation de demain. Un lieu où il sera possible de venir travailler, échanger, promouvoir, expérimenter, innover... À la fois autour de la cuisine étoilée et de l’alimentation du quotidien, au-delà des frontières de la gastronomie.

La nouvelle cité internationale de la gastronomie ne sera plus uniquement un musée, mais un espace rassemblant plusieurs univers :

  • une cité à hauteur d’enfants : un lieu d’éducation au goût, accessible à tous les publics "à hauteur d’enfants",
  • une cité totem de la filière alimentaire : un espace fédérateur, ouvert à la participation de tous les professionnels de la gastronomie, de la restauration, de l’agriculture, de l’alimentation et de la santé,
  • une cité ouverte à l’expérimentation et à la formation : au service d’une alimentation durable et accessible à tou∙te∙s.

L’Hôtel-Dieu et la Charité

Le Grand Hôtel-Dieu a été créé au 12e siècle par le clergé. C’est d’abord un lieu de refuge et d’accueil pour les plus démunis. Progressivement, il devient un site où l’on soigne. Au 18e siècle, sa réputation est à son apogée : le Grand Hôtel-Dieu incarne alors l’excellence de la médecine lyonnaise.

L'hôpital de la Charité, construit en 1617 au niveau de l’actuelle place Antonin-Poncet, accueillait aussi les plus pauvres. Il a été détruit en 1934 mais plusieurs de ses salles ont été sauvées et reconstituées pour être exposées au cœur du Grand Hôtel-Dieu.

Le Dôme des Quatre-Rangs

Il est situé à la croisée de quatre bâtiments qui ont été construits entre 1622 et 1636 pour agrandir et moderniser l’Hôtel-Dieu. 13 cuillères sont suspendues au centre du dôme. Elles ont été créées en 2019 par Vincent Breed, maître verrier.

La pharmacie de l’Hôtel-Dieu

Elle a été créée à la fin du 17e siècle. L’Hôtel-Dieu a ainsi attendu 400 ans avant d’avoir un apothicaire, l’ancêtre du pharmacien. Dans les pots en faïence, on trouvait à l’époque de nombreux remèdes. Parmi eux, un incontournable : la Thériaque. C’était un peu le paracétamol d’aujourd’hui. Elle était composée d’une cinquantaine d’ingrédients : plantes, morceaux d’animaux, miel, vin, opium… et même parfois des cailloux !

La salle du conseil

La salle du conseil d’administration de l’hôpital de la Charité est classée aux Monuments historiques. Elle a été sauvée de la destruction en 1934.

La salle des archives de la Charité

Elle a été réalisée en 1741. Ses boiseries remarquables lui ont permis d’être sauvée de la destruction. Reproduite à l’identique, la salle des archives permet de plonger dans les secrets de la Charité. Sur la paroi au-dessus de la porte d’entrée siège un pélican, symbole de la charité.

L’apothicairerie de la Charité

Elle est la plus petite des pièces mais elle est remarquable. Les boiseries du meuble sont davantage travaillées, avec des colonnettes torsadées pour séparer chaque niche. Au plafond, une série de personnages ont été sculptés. Saurez-vous retrouver l’arracheur de dents, l’enfant jouant du pipeau et l’apothicaire brandissant un serpent ? C’est aussi ici, dans les grandes armoires fermées à clef qu’on entreposait les poisons et les drogues les plus puissantes et les plus précieuses…

Infos pratiques

Adresse
4 Grand Cloître du Grand Hôtel-Dieu, Lyon 2e

Horaires
Mercredi : 11h00 – 19h00
Jeudi : 13h00 – 21h00
Vendredi : 11h00 – 19h00
Samedi : 11h00 – 19h00
Dimanche : 11h00 – 19h00

Jours de fermetures : 1er janvier, 1er mai, 25 décembre

Accès
Métro A et D, station Bellecour
Bus 27, arrêt Bellecour Le Viste ou Pont Guillotière RD
Bus S1, arrêt Bellecour Le Viste ou Simon Maupin
Bus C20 et 40, arrêt Bellecour Le Viste

Accès pour les personnes à mobilité réduite

Visites guidées privées pour les groupes sur réservation à l'adresse visit(at)lyon-france.com

Appel à projets

Votre structure souhaite participer à la programmation de la Cité internationale de la gastronomie de Lyon ? Vous avez jusqu’au 3 mars 2023 pour répondre à cet appel à projets.

Répondre à cet appel

Chiffres clés

4 000 m2 en plein cœur de Lyon
10,4 millions d'euros de mécénat
3 millions d'euros de la Métropole
2 millions d'euros de la Ville
1 million d'euros de l’État