Synergies-Avenir - février 2016

Le MET' n°1

Des conférences sur la métropole pour informer les citoyens


Les élus du groupe Synergies-Avenir vous adressent en ce début d’année, ses meilleurs vœux pour 2016 ! … Une année importante durant laquelle le groupe prolongera ses actions. Parmi celles-ci, l’organisation, par la voix de son président Marc GRIVEL, des conférences-débats sur la Métropole. Déjà 11 conférences ont eu lieu dans 16 communes et 3 autres conférences se sont tenues dans des clubs de réflexion et écoles d’enseignement supérieur, tandis qu’une dizaine, à ce jour, est programmée.

Pourquoi ces conférences-débats ?

Tout d’abord, pour informer les citoyens de la création de la métropole au 1er janvier 2015 et des impacts sur leurs communes. Cette fusion de la Communauté urbaine de Lyon et du Conseil général du Rhône sur le territoire des 59 communes, est effectivement un moteur pour l’agglomération, un atout pour ses habitants et ses territoires. La Métropole, forte des compétences du Grand Lyon et celles héritées du département, affiche une forte ambition économique avec des priorités sur l’emploi, l’insertion et le social, l’université et la recherche, l’entrepreneuriat et les services aux entreprises, ainsi que sur l’attractivité internationale. Lors des conférences, chacun des thèmes précédents est décliné à l’échelle de l’habitant, du territoire, de la métropole et de l’international. La fiscalité est également abordée : pourquoi une hausse des taux d’imposition limitée et unique en début de mandat ? Quelles conséquences locales de la baisse des dotations de l’État ? La hausse inévitable des dépenses sociales (RSA, APA, AHA…)

En seconde partie de conférence, est abordée la métropole « constitutionnelle » car la loi MAPTAM modifie profondément le futur mode électoral des conseillers métropolitains de 2020. En effet, les conséquences sont lourdes pour les communes. Le nouveau découpage électoral de la métropole instituant 14 circonscriptions et l’élection des conseillers métropolitains par scrutin de liste issu de ces mêmes circonscriptions, n’assurent plus la représentativité des communes au sein du conseil de la Métropole de Lyon.

Aujourd’hui, chaque commune dispose d’au moins un siège ; alors qu’en 2020, du fait du nouveau mode électoral, les communes ne seront plus obligatoirement représentées. Les habitants de ces communes ne seront donc plus représentés par leurs élus de proximité au sein des instances délibératives de la Métropole. Les citoyens ne comprennent pas ce changement, ne l’admettent pas et sont prêts à se mobiliser.

Quels sont les dangers pour les communes ?

Principalement, le risque de voir diminuer l’importance incontournable des communes dans la proximité en diminuant leurs prérogatives, en perdant leur pouvoir délibératif et en étant réduit au seul pouvoir consultatif.

En conséquence, cette nouvelle gouvernance écarte les élus locaux des décisions majeures de la Métropole ainsi que des instances et organismes comme le SY TRAL, l’agence d’urbanisme, l’office du tourisme, les commissions urbanisme/PLU-H, finances, …

Le groupe Synergies-Avenir attire l’attention des citoyens depuis plusieurs mois par ces conférences qui se déplacent de commune en commune, y compris à la demande de celles-ci, et ce, durant les 4 années à venir.

synergiesavenir@grandlyon.com

 

Synergies-Avenir