Socialistes et républicains métropolitains - janvier 2018

Le MET' n°11

Déclassement A6-A7 : les premiers actes concrets de la métamorphose


Le 30 janvier 2017, notre métropole votait le déclassement de l’autoroute A6-A7 sur 16 km entre Limonest et Pierre Bénite. Un an plus tard, après une première phase d’étude, ce projet qui va transformer le visage de notre métropole, prend corps.

Le programme « requalification A6-A7 – Horizon 2020 » a en effet été approuvé lors du conseil du 15 décembre 2017 et les premiers aménagements vont être lancés. C’est là aussi une occasion unique de repenser et de retravailler les déplacements à l’échelle de la Métropole, le projet de requalification ayant bien pour objectif premier de désengorger le trafic de transit, que ce soit à Lyon ou dans l’Est lyonnais.

Une politique multimodale ambitieuse

Ce projet s’accompagne d’un travail innovant sur les modes de transports et la multimodalité afin de proposer à nos concitoyens de multiples solutions de mobilité. La fiabilité des temps de parcours et la facilité d’accès sont primordiales dans cette stratégie. Un renforcement des transports en commun va donc permettre de mieux rejoindre les stations de métro Gare de Vaise et Bellecour. C’est ainsi que la création de 2 nouvelles lignes express et de parkings relais au nord-ouest à l’échangeur de La Garde et au sud à la Halte d’Yvours, permettra de rejoindre plus rapidement le cœur de l’agglomération.

Au-delà d’une offre de transports en commun performante, ce déclassement apporte de vraies réponses au défi des mobilités de demain.

Nous le savons tous, le covoiturage (et l’autopartage) est une des solutions au problème de congestion auquel est soumise notre Métropole. Il est donc essentiel d’inciter nos concitoyens à recourir à ces pratiques dans des conditions d’utilisation optimale.

Avec le soutien de l’État, une expérimentation sera menée consistant en la création d’une voie réservée au covoiturage aux heures de pointe sur la partie nord de l’autoroute déclassée et une voie partagée entre les bus et les véhicules de covoiturage sur sa partie sud. Ce système, qui s’appuiera sur un dispositif de régulation assorti d’éventuelles sanctions, favorisera le covoiturage en réduisant les temps de trajets des utilisateurs et en facilitant les modalités de partage.

Enfin, dans le cadre du Plan Oxygène de la Métropole et avec un nombre de cyclistes en constante augmentation sur notre agglomération, le déploiement de pistes cyclables reste une priorité. Dans des espaces apaisés et paysagés, l’aménagement de pistes cyclables reliant Lyon (Perrache), La Mulatière, Oullins et Pierre Bénite offrira enfin aux usagers la possibilité de circuler en toute sécurité.

Cette requalification est une véritable opportunité pour notre Métropole, pour repenser nos déplacements, inventer de nouvelles mobilités et créer un nouveau paysage urbain. Ce projet qui va être mis en œuvre dès 2018 en concertation avec l’ensemble des territoires, doit cependant tenir compte des réalités de cette transformation. Le phasage proposé rythmé par 3 échéances en 2020, 2025 et 2030 répond à cette exigence. La hiérarchisation des réseaux de voirie, la régulation de la circulation des poids lourds, la mise en œuvre d’une réelle réflexion sur le développement du fret ferroviaire et fluvial sont autant de points qui devront être évoqués. Mais le déclassement de l’A6-A7 est dès à présent une réponse concrète aux nouveaux enjeux de mobilité. C’est une question de santé publique, de qualité de vie et de l’air. Nous saluons la volonté de commencer dès maintenant ces travaux d’aménagement pour que ces 16 kms ne soient plus une autoroute

 

Socialistes et républicains métropolitains (Anne Brugnera, Présidente du groupe Socialistes et républicains métropolitains)