Aller au contenu Aller au menu principal Aller à la recherche Aller au menu contextuel

Socialistes et républicains métropolitains - juillet 2019

Le MET' n°17

Un nouveau plan local de l’urbanisme et de l’habitat pour une métropole équilibrée


Approuvé à une très large majorité le 13 mai, le Plan local d’urbanisme et de l’habitat (PLUH) de la Métropole de Lyon est la traduction de notre projet politique et de notre vision de l’avenir de la Métropole.

Ce projet de grande ampleur oeuvre pour un développement maîtrisé de notre territoire, qui répond aux enjeux de développement économique, d’écologie et d’habitat, en produisant des logements pour tous, notamment des logements accessibles et abordables, en luttant contre l’étalement urbain et donc en acceptant de densifier raisonnablement notre Métropole. Il a fallu faire du cousu main, travailler en étroite collaboration avec chaque commune, articuler intelligemment les projets communaux avec le projet métropolitain et trouver des compromis, sans contredire les orientations structurantes de la Métropole, définies collectivement.

Il faut souligner l’implication des services et des élus de la Métropole et de chaque commune sur ce projet, mais aussi des habitants qui se sont très largement mobilisés lors de l’enquête publique.

Sur le fond, il faut saluer le travail mené sur le patrimoine sous toutes ses formes : naturel, végétal, agricole, architectural et urbain. Le développement de la Métropole ne part en effet pas d’une feuille blanche : il s’inscrit dans un site naturel et habité, que nous souhaitons préserver et embellir, pour une meilleure qualité de vie et dans le respect de l’histoire de nos territoires.

Ainsi, la trame verte et bleue de la Métropole sera intensifiée : les zones non urbanisables, naturelles ou agricoles, représentent désormais plus de 45 % du territoire de notre Métropole et les boisements protégés couvrent désormais plus de 90 km².

Le patrimoine agricole est également au coeur de nos préoccupations. L’agriculture périurbaine est fragile et soumise à la pression urbaine. Il importe de la préserver pour répondre aux enjeux alimentaires, pour développer les circuits courts moins consommateurs d’énergie et pour entretenir des espaces de verdure à proximité du coeur de notre Métropole. Pour ce faire, il faut préserver les terres cultivables, mais aussi prendre en compte les besoins économiques des exploitations et éviter les conflits d’usage.

Ce PLU-H apporte enfin une très forte plus-value pour le patrimoine architectural et urbain, avec 1 700 bâtiments préservés (4 fois plus que précédemment) et 345 périmètres d’intérêt patrimonial (10 fois plus). Dans ces secteurs, coeurs de bourg, de village ou de quartier, des prescriptions particulières permettent aux nouvelles constructions de s’insérer dans leur environnement sans le dénaturer, pour non pas figer le développement, mais garantir qu’il se fasse en respectant les caractéristiques du territoire.

Ce PLU-H permet de poursuivre le développement de notre agglomération tout en préservant son patrimoine, ce qui fait sa richesse et sa singularité.

 

Socialistes et républicains métropolitains, (Retrouvez l’actualité du groupe Socialistes et républicains métropolitains sur notre blog : https://socialistesmetropolitains.fr)