Socialistes et républicains métropolitains - septembre 2016

Le MET' n°4

Travailler collectivement, construire ensemble


Au cours de l’été, nous avons tous pu voir les nombreux travaux qui ont été entrepris dans notre agglomération. Il s’agit d’une période propice pour les réaliser, notamment sur les routes, car leur moindre fréquentation permet de limiter les nuisances.

Ces travaux sont toujours difficiles à mener car ils impactent le quotidien de tous, automobilistes, cyclistes, piétons et riverains, causant des difficultés de circulation et de stationnement. Pourtant, ils sont essentiels pour en garantir l’usage à long terme, pour moderniser les infrastructures, assurer la sécurité  des utilisateurs et préserver le cadre de vie et l’environnement.

La densité des travaux réalisés sur notre territoire correspond aussi à une politique volontariste de grands projets, une politique ambitieuse qui veut changer notre paysage urbain métropolitain pour le rendre davantage attractif et agréable à vivre. Au-delà donc des difficultés immédiates engendrées dans nos communes, renouveler les infrastructures, les améliorer, les adapter au besoin de chacun, c’est agir concrètement pour la qualité de vie des habitants.

Aussi, à l’heure du déclassement historique des autoroutes A6/A7 dont le décret de l’État est attendu d’ici fin 2016, ouvrant la voie à un aménagement urbain d’ampleur et porteur d’une amélioration significative pour nos concitoyens, il convient de rappeler qu’il est toujours plus difficile de porter un projet qui transforme la ville que de s’y opposer en s’attachant aux désagréments du court-terme.

La Métropole de Lyon se transforme grâce à l’action collective. Information, concertation voire coproduction sont de mise pour ces projets qui intéressent chaque habitant. Les oppositions constructives sont écoutées et les projets aménagés pour satisfaire le plus grand nombre.

Hélas, il demeure des tentatives d’instrumentalisations politiques, voire électorales. Ainsi en est-il de la création d’une association des élu(e)s de droite de l’est lyonnais contre le contournement de l’agglomération ; nouveau stratagème politicien, à rapprocher d’attitudes précédentes sur d’autres projets :

     

  • Le réaménagement de la rue Garibaldi : ce projet était en 2011, pour le groupe UMP, le signe d’une absence de politique de déplacements et l’assurance d’embouteillages monstres… Qui remet aujourd’hui en question les qualités de cet aménagement et ses apports pour les grands-lyonnais ? Qui pour s’opposer à la 2nde phase du projet ?
  • Le Grand Stade à Décines : élue sur la base d’une opposition au grand stade, l’équipe municipale est aujourd’hui aux premières loges à chaque match. Qui dans leurs rangs s’oppose encore à cet investissement majeur dont les retombées pour Décines et les Communes alentours sont extrêmement positives, notamment en termes d’emplois ?
  •  

Nous déplorons ces méthodes d’opposition systématique, non constructive voire insincère. Pour autant, nous continuons de prôner un travail collectif, qui n’oppose pas les territoires et veille aux particularités de chacun.

En l’occurrence, l’objectif de la Métropole est justement de tout mettre en œuvre pour faire cesser enfin l’asphyxie des communes traversées par cette autoroute internationale A6/A7 ; ceci en soulageant aussi la Rocade est et le boulevard Laurent Bonnevay grâce à l’axe aujourd’hui sous-utilisé de l’A432.

Il s’agit pour cela de travailler ensemble à construire des solutions qui garantiront demain un trafic apaisé et un environnement amélioré pour chaque grand-lyonnais, à l’est, à l’ouest comme au centre. Pour le faire, nous aurons besoin de tous et que chaque élu fasse prévaloir l’intérêt général au service des habitants.

 

Socialistes et républicains métropolitains (Anne Brugnera Groupe Socialistes et républicains métropolitains)