Aller au contenu Aller au menu principal Aller à la recherche Aller au menu contextuel

Les Républicains et apparentés - mars 2018

Le MET' n°12

Impôts, taxes en augmentation, les habitudes socialistes s’imposent toujours à la Métropole de Lyon


Comment faire face à la baisse des recettes de la Métropole de Lyon ? En effet, le Grand – Lyon subit les choix du Gouvernement d’Emmanuel Macron : baisse des dotations de l’État, suppression de la taxe d’habitation, interdiction de dépasser un seuil de dépenses… La solution décidée par l’exécutif a été de poursuivre le recours à la fiscalité qui pèse sur les ménages et les entreprises.

Notre groupe a proposé des économies de fonctionnement.

Pour cela, nous avons soumis un amendement au budget 2018 qui a été rejeté par les groupes Socialistes, Europe Écologie Les Verts, La République En Marche et Synergies-Avenir. Ils ont ainsi refusé d’augmenter l’aide aux communes. Au contraire, ils ont fait le choix de voter la poursuite de l’augmentation des dépenses de fonctionnement qui ont déjà bondi de 36 millions d’euros entre 2016 et 2018.

Pour faire face à ces dépenses non contrôlées, la majorité a dû aller chercher encore plus de recettes. La Métropole a donc fait le choix de baisser les investissements d’avenir et particulièrement son aide au SYTRAL qui gère les transports en commun. Cette baisse de financement a eu pour conséquence immédiate l’augmentation des tarifs des transports publics dans la Métropole.

Notre groupe a voté contre l’augmentation des tarifs des transports en commun au nom du pouvoir d’achat des usagers.

Dans une logique similaire la ville de Lyon a fait le choix d’augmenter le prix du stationnement et les amendes en créant un « forfait post stationnement » de 60 € au lieu de l’amende de 17 € jusque-là en vigueur. Lyon devient plus cher que Paris !

Toutes ces décisions démontrent le fossé qui existe entre les représentants de cette majorité de la Métropole et les habitants du Grand Lyon. Ces élus hors-sol, déconnectés de la vie réelle, votent des décisions sans avoir conscience des difficultés quotidiennes des habitants pour circuler, se garer et donc pour travailler et subvenir aux besoins de leur vie de famille.

Part-Dieu : un quartier à vivre, vous croyez ?

C’est l’interrogation principale qui ressort pour nous élus Les Républicains et Apparentés au regard des propositions d’aménagement faites tant par la Métropole de Lyon que la Ville de Lyon.

Les nombreuses difficultés de circulation que nous connaissons aujourd’hui et qui malheureusement vont durer ne serons peut-être d’ailleurs que les prémices de ce que nous pourrions connaître demain avec une densification massive de ce quartier sans une ligne forte de métro Ouest-Est.

Sur ce quartier en lui-même comme tout élu fier de son agglomération, nous croyons en son développement et à son attractivité dont la Part-Dieu peut être l’un des moteurs, seulement il nous faut trouver un équilibre entre des m² urbanisés et les besoins des habitants.

Or il ne nous semble pas que nous prenions la voie de ce respect des équilibres puisque si nous voyons bien la construction de tours qui se profile et la densification qui l’accompagne, c’est beaucoup plus discret quant aux équipements nécessaires à la vie de la population :

– pas d’école nouvelle pourtant symbole de vie pour un quartier ; il est préféré grossir les écoles en périphérie risquant ainsi d’avoir des groupes scolaires trop gros et ingérables,

– pas de nouvel équipement socio-culturel,

– pas de nouvel espace vert au pied des immeubles, juste un verdissement des toits

– pas d’équipements sportifs de proximité

Bref, l’inverse de ce qui peut se faire dans des opérations d’aménagement similaires que ce soit dans des villes comme Toulouse (quartier Montaudran Aerospace), Bordeaux (quartier Ginko) et même New-York (Hudson Yards) !

Le gage de réussite de la nouvelle Part-Dieu est que l’on puisse y vivre pleinement, pas uniquement le samedi pour se promener mais quotidiennement.

http://www.lesrepublicains-metropolelyon.fr

 

Les Républicains et apparentés (Groupe Les Républicains et Apparentés : Laurence BALAS, Guy BARRET, Irène BASDEREFF, Joëlle BEAUTEMPS, Nora BERRA, Pascal BLACHE, François- Noël BUFFET, Pascal CHARMOT, Philippe COCHET, Claude COHEN, Yann COMPAN, Doriane CORSALE, Chantal CRESPY, Nadia EL )