Les Républicains et apparentés - mars 2017

Le MET' n°7

La Métropole de Lyon n’est pas un modèle de démocratie !


La vie de la Métropole n’est pas un long fleuve tranquille et l’unité n’est pas toujours aisée à construire. Pour autant, il existe un devoir quand on dirige une collectivité c’est celui de respect des citoyens dans la mise en œuvre des décisions pour lesquelles on s’est engagé en sollicitant leurs suffrages.

Depuis plusieurs mois nous contestons la gouvernance de la Métropole de Lyon. Derrière des paravents d’ouverture, de pluralité, c’est en fait une vision politique partisane qui est en place comme le démontre la composition de la Commission permanente puisque c’est le seul endroit en France où la représentation de l’opposition est exclue.

Des critiques sont aussi montées d’autres groupes notamment sur la représentativité des communes dans le choix arrêté par Gérard COLLOMB pour le futur mode électoral de la Métropole considéré comme « injuste et inacceptable ».

La majorité politique actuelle est bousculée par la politique nationale : alors que certains prônent une approche en dehors d’une vision gauche/droite, certains élus souhaitent affirmer avec force le caractère socialiste de la Métropole. Cette tambouille politique ne serait pas grave si elle n’avait pas d’incidence sur les orientations de la Métropole.

Finalement, personne ne sait définir ce que sont les valeurs et les convictions qui portent l’actuelle majorité. Sur quel modèle d’organisation territoriale la majorité actuelle est-elle d’accord ? Aucune des grandes problématiques qui concernent les habitants n’a pu être tranchée :Quelle répartition de la population, des logements et des services sur le territoire métropolitain ?

Quelles orientations économiques pour rétablir l’équilibre des territoires? Quelle politique culturelle au-delà des frontières de la ville-centre ?

Quel équilibre de l’action sociale pour favoriser les territoires les plus touchés ?

Comment accompagner les communes pour le développement du sport et assurer la mise en œuvre de la politique métropolitaine ?

Rien n’est défini, rien n’est débattu.

Aujourd’hui les Grands Lyonnais sont floués. On a voulu leur faire croire qu’il existait une majorité de projet qui dépasserait un positionnement politique. Or, cette majorité d’intérêt général n’existe pas. Notre collectivité gagnerait à assumer un vrai engagement qui puisse définir une réelle stratégie du développement de notre territoire.

Notre groupe souhaite poursuivre sa participation à l’élaboration des politiques métropolitaine comme il le fait depuis le début du mandat. Nous refusons l’opposition systématique, c’est avec clairvoyance et responsabilité que nous définissons nos votes pour défendre l’intérêt des Grands Lyonnais dans le respect des valeurs et des engagements que nous portons auprès des habitants.

C’est pour cela que nous avons porté des messages forts lors des derniers conseils métropolitains :

     

  • Nous avons apporté notre soutien au déclassement des autoroutes A6/A7 mais nous dénonçons l’approche marketing d’un dossier si important. Nous avons demandé à l’exécutif de s’engager sur le financement des infrastructures routières compensatoires, l’aide au développement des transports collectifs pour faciliter la non-utilisation de la voiture y compris les parkings relais et l’accompagnement des communes dans la restructuration de leur voirie.
  •  

 

     

  • Nous nous sommes opposés à la proposition de budget 2017 qui ne prend pas en compte la réalité de la nouvelle situation financière de la Métropole et qui fait le choix de laisser augmenter les dépenses de la structure au détriment du financement des projets d’investissement dans les communes.
  •  

Alors que la Métropole de Lyon bénéficie d’une forte dynamique économique, la majorité de gauche n’a pas souhaité faire les efforts nécessaires pour assurer la pérennité de nos investissements. La hausse des dépenses de personnel pour 2017 ce seront 6 M€ supplémentaires !

 

Les Républicains et apparentés (Groupe Les Républicains et Apparentés: Laurence BALAS, Guy BARRET, Irène BASDEREFF, Joëlle BEAUTEMPS, Nora BERRA, Pascal BLACHE, François- Noël BUFFET, Pascal CHARMOT, Philippe COCHET, Claude COHEN, Yann COMPAN, Doriane CORSALE, Chantal CRESPY, Messaouda )