Les Républicains et apparentés - septembre 2016

Le MET' n°4

Le déclassement des autoroutes A6/A7, et après ?


L’annonce du déclassement des autoroutes A6/A7 à grand renfort de communication politique a créé des attentes et des espoirs qui ont du mal à se concrétiser. Ce projet d’envergure qui impactera les choix d’infrastructure pour les 20 années à venir mérite une vraie réflexion et des engagements politiques précis et assumés, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui de la part de l’exécutif métropolitain.

Un soutien au déclassement

Notre groupe soutient le déclassement des autoroutes A6/A7 dans les secteurs urbains des communes de la Métropole et de la ville de Lyon. Nous pensons que la traversée du cœur de l’agglomération par une infrastructure autoroutière ne correspond plus, et ce depuis longtemps, aux enjeux de déplacements contemporains.

Ce déclassement qui devrait être officialisé d’ici à la fin de l’année 2016 permettra des travaux d’aménagement au cœur de la ville de Lyon : interdiction du trafic de transit poids lourds, diminution des vitesses et de la largeur des voies, premiers aménagements au droit du quai Perrache, adaptation des mobiliers avec suppression des glissières, etc.

Ces mesures permettront d’améliorer la qualité de vie des habitants et aussi de diminuer l’impact de la pollution automobile au cœur de la ville. Dans le même temps, ces mesures aboutiront immédiatement à un report du trafic actuel – transit et agglomération – vers d’autres itinéraires.

Anticiper le report du trafic

On constate malheureusement que les conséquences du déclassement n’ont pas été prises en compte. Aucun dispositif sérieux d’accompagnement ne sera mis en œuvre en matière de contournement avant au mieux 2025 et c’est le réseau existant avec toutes les difficultés qu’il rencontre déjà, qui sera utilisé.

Ce report qui concernera au minimum 50 000 véhicules par jour aura des impacts sur les communes de l’Est et l’Ouest lyonnais.

Pour l’Est, l’exécutif de la Métropole propose l’utilisation de l’A432, suivi par l’A43 jusqu’au nœud de Manissieux. Un itinéraire bien connu pour sa saturation régulière, puis l’A46 Sud également saturée.

Pour l’Ouest lyonnais, déjà saturé, aucune étude n’a été diligentée pour mesurer l’impact négatif du déclassement. Tout au plus est-il proposé de prolonger des lignes de bus et de conforter certains arrêts. L’idée du grand contournement reste une hypothèse peu crédible au regard de la situation financière de l’Etat.

L’engagement pour un plan de déplacement multimodal d’ensemble

Notre groupe rappelle sa position pour :

     

  • la réalisation de « l’Anneau des sciences » (ex-TOP) qui prolonge le périphérique urbain est, promis depuis 2000. Il demande à ce que ce projet fasse l’objet d’un calendrier et d’un financement précis ;
  • la poursuite du développement des grandes infrastructures de transport en commun : métro, tram et tram-train vers les communes périphériques de Lyon / Villeurbanne ;
  • l’ouverture de négociations transparentes avec les collectivités partenaires – conseil régional Auvergne-Rhône-Alpes, conseil départemental et communautés de communes de l’Est lyonnais et du pays de l’Ozon – pour définir les modalités d’arrivée de l’A45 et la création du contournement routier Est.
  •  

Sur le financement de ces investissements d’envergure, notre groupe rappelle qu’il s’oppose à la création d’un péage urbain dont Gérard COLLOMB tente d’imposer le principe, surtout s’il a pour but de faire payer les habitants ou les travailleurs de la Métropole en culpabilisant les usagers de la route.

Notre groupe regrette encore une fois que l’on décide de faire les choses à l’envers : déclasser dès maintenant l’A6 et l’A7 et gérer plus tard la mise en œuvre des infrastructures nécessaires pour accompagner ce déclassement.

Nous avons là un vrai débat, de vrais enjeux qui dépassent le cadre politique partisan et dogmatique. Il n’est pas trop tard pour construire une vraie politique d’aménagement routier de la Métropole.

Retrouvez nous sur notre site : www.lesrepublicains-metropolelyon.fr

 

Les Républicains et apparentés (Groupe Les Républicains et Apparentés: L. BALAS, G. BARRET, I. BASDEREFF, J. BEAUTEMPS, N. BERRA, P. BLACHE, F-N. BUFFET, P. CHARMOT, P. COCHET, C. COHEN, Y. COMPAN, D. CORSALE, C. CRESPY, P. HUGUET, I. de LAVERNEE, A. de MALLIARD, L. FAUTRA, G. FENECH, M)