Les Républicains et apparentés - novembre 2016

Le MET' n°5

Le schéma de développement économique, une occasion manquée de préparer l’avenir de la Métropole


La Métropole a adopté son schéma de développement économique pour la période 2016 – 2020. Le groupe « les Républicains et Apparentés » a souhaité marquer sa volonté forte dans l’engagement d’une politique de développement renouvelée, tournée vers l’économie de l’avenir et porteuse d’un appui aux initiatives économiques.

Le schéma proposé par l’exécutif de la Métropole ne répond pas aux objectifs des enjeux économiques de demain.

     

  • Ce schéma n’est que continuité sans originalité et ne tient pas compte des projections futures. Il tend à capitaliser sur les initiatives déjà engagées depuis plusieurs années et pas à préparer l’avenir. Alors même que l’agglomération connaissait une croissance économique, en cinq ans la baisse des effectifs industriels a été de 4%. La réponse unique de la Métropole est la réservation de terrains. Si cela facilite l’implantation, elle ne permet pas d’attirer de nouvelles industries.
  •  

 

     

  • Ce schéma a été élaboré sans concertation avec les autres collectivités engagées dans le développement de l’aire métropolitaine. Les départements du Rhône, de l’Ain, de l’Isère et de Saône-et-Loire ont été oubliés et on cherche à leur imposer des choix. Les relations avec la Région, la collectivité chef de file en économie, se limite à la juxtaposition des moyens financiers sans vision de projets pour nos territoires.
  •  

La Métropole cherche, à l’image de son président, à s’imposer plutôt qu’à collaborer. Cela augure mal de l’articulation de la politique économique entre la Métropole et les communes qui se verront aussi imposer leur développement.

     

  • Ce schéma propose des politiques dont l’exécutif est incapable d’assurer l’effectivité dans l’économie locale.
  •  

L’aménagement de la Plaine St Exupéry ne propose aucune vision prospective du territoire à l’exception de l’implantation des entreprises de logistiques que la Métropole ne souhaite pas accueillir.

Pour les réseaux d’infrastructures, aucun grand projet n’est cité : CFAL, contournement autoroutier de l’est, A 45…

L’économie numérique se résume au seul projet de la Halle Girard, et elle n’est pas fondée sur un développement coopératif pour structurer une filière complète qui débuterait par la formation des étudiants dans les métiers d’avenir, le développement d’une ingénierie en recherche et développement et l’implantation d’entreprises d’application et de production.

Ce schéma n’est pas au niveau de l’enjeu de l’économie moderne. Le groupe Les Républicains et Apparentés demande un schéma novateur qui rompt avec la politique attentiste et suiviste pour engager une nouvelle dynamique du territoire.

Le monde change, l’économie se transforme et la Métropole de Lyon doit non seulement s’adapter à ces évolutions mais aussi anticiper ces nouveaux comportements. Ouvrir nos politiques publiques aux nouveaux styles d’entreprenariat et les adapter aux « business models » qui se développent.

Au-delà des méthodologies, nos politiques doivent avoir du sens. Il ne suffit pas de déclamer que l’on « aime l’entreprise » pour créer de l’emploi. Les choix politiques doivent être guidés par notre vision de développement d’un territoire solidaire et équilibré et par le support de valeurs qui garantissent que les habitants s’approprient les transformations économiques pour participer à une émulation collective.

Pour cela, la Métropole doit :

     

  • Investir prioritairement dans les filières du futur : numérique, robotique et transition énergétique ;
  • Développer les conditions pour favoriser l’audace créatrice de l’entreprenariat ;
  • Ouvrir notre territoire au monde pour tirer profit des partenariats européens et anticiper les impacts de la mondialisation ;
  •  

Assurer un développement économique fondé sur les valeurs humaines permettant l’épanouissement par le travail.

Retrouvez nous sur notre site : www.lesrepublicains-metropolelyon.fr

 

Les Républicains et apparentés (Groupe Les Républicains et Apparentés: Laurence BALAS, Guy BARRET, Irène BASDEREFF, Joëlle BEAUTEMPS, Nora BERRA, Pascal BLACHE, François-)