Les Républicains et apparentés - juin 2016

Le MET' n°3

Affirmons une réelle stratégie politique de la métropole


La métropole a été créée pour assurer le développement économique et l’aménagement du territoire. Elle peut être cela si les élus qui en assurent la gestion fixent les orientations mettant en œuvre une vision politique globale et cohérente. Malheureusement depuis 1 an, la majorité socialiste et ses alliés naviguent à vue et le vote du budget en est la démonstration malheureuse.

Un budget de renoncement à l’investissement

À l’opposé de l’image d’investisseur dont se pare la Métropole, notre collectivité a des dépenses de fonctionnement supérieures de 6,2% à la moyenne des collectivités de même taille.

La situation de notre collectivité est tout aussi précaire si l’on étudie son endettement. La marge d’autofinancement est en diminution de 14,5 M€ et la dette par habitant qui est de 1 357 € est plus élevée que la moyenne de 1 231€. Cela sans tenir compte de l’impact du rachat des emprunts toxiques qui viendra alourdir l’endettement et diminuer la capacité d’investissement.

Gérard COLLOMB qui partage les engagements politiques du gouvernement de François HOLLANDE en utilise les mêmes remèdes. Les dépenses de fonctionnement sont en hausse constante chaque année depuis son élection et pour financer son train de vie, il augmente régulièrement les impôts locaux et diminue le financement des grands projets structurants.

La dernière augmentation des taxes de 5% voté par la gauche et ses alliés n’a pas aidé les habitants à vivre mieux dans la métropole ! Elle a d’abord servi à financer l’augmentation des indemnités des 47 membres de l’exécutif ! Ces derniers n’ont pas hésité à se voter des avantages au moment même où ils demandaient des efforts aux services publics, aux associations et à nos concitoyens.

Ensuite, elle sert à financer le coût social et salarial de la fusion du département avec la communauté urbaine. Les économies promises sur la baisse des charges liées à la mutualisation des services ne sont pas au rendez-vous. Au contraire, les coûts de l’organisation ont augmenté et Gérard COLLOMB a annoncé l’abandon de l’ambition de transversalité des missions du service public. On fait donc moins bien qu’avant mais avec des coûts plus élevés !

Enfin, alors que la Communauté urbaine était reconnue pour sa capacité d’action au service du développement des territoires, elle devient maintenant une collectivité de prestations. Avec un poids de 31%, les dépenses sociales sont le premier poste des dépenses de fonctionnement. Au regard de l’évolution économique de notre pays, il est prévu une augmentation moyenne de ces dépenses de 6% par an.

Une vision partisane du développement métropolitain

Notre groupe s’est publiquement inquiété des choix de la métropole ou plutôt des non-choix pour redonner à la collectivité des moyens pour investir. Elle reste une des dernières à ne pas avoir engagé une vraie réflexion sur la diminution des coûts de sa structure. De ce fait, aujourd’hui, on peine à voir une réalisation concrète de projets inscrits dans le plan de mandat. En fait on nous prépare tout doucement à un glissement de la réalisation des projets dans le temps pour économiser de l’argent sur les demandes des communes et ce sont les habitants qui seront les premiers touchés par cette absence de vision d’avenir.

De plus, il apparaît évident que les choix des projets priorisés ne se font pas sur des critères objectifs d’aménagement et de besoin des populations mais sur des critères partisans. Ainsi les communes dirigées par des membres de l’opposition font l’objet de négociations plus difficiles, de délais plus longs, de procédures plus strictes… En bref, les communes de notre groupe sont regardées avec suspicion à cause du vote des citoyens, ce qui augure mal de l’évolution démocratique de la métropole.

Cette gestion n’est pas à la hauteur de ce que devraient être les ambitions de la 2e métropole de France. Il est dommage de constater que la majorité socialiste et ses alliés ont renoncé à affirmer une stratégie politique pour la Métropole de Lyon.

Retrouvez nous sur notre site : www.lesrepublicains-metropolelyon.fr

 

Les Républicains et apparentés (Groupe Les Républicains et Apparentés: L. BALAS, G. BARRET, I. BASDEREFF, J. BEAUTEMPS, N. BERRA, P. BLACHE, F-N. BUFFET, P. CHARMOT, P. COCHET, C. COHEN, Y. COMPAN, D. CORSALE, C. CRESPY, P. HUGUET, I. de LAVERNEE, A. de MALLIARD, L. FAUTRA, G. FENECH, M)