Communiste, Parti de gauche et républicain - février 2016

Le MET' n°1

La Commune… La République… La Nation…


Le Pacte de cohérence métropolitain devait selon la loi MAPTAM organiser des délégations de compétences entre Communes et Métropole. Le texte voté par le seul exécutif porte une conception de la métropole sans les communes, les conseils municipaux réduits au rôle de suivi des décisions métropolitaines. Une longue introduction historique le justifie brutalement comme la revanche des métropoles contre la nation et la république. C’est pourtant le 14 décembre 1789 que l’Assemblée nationale naissante consolidait un vieux mouvement d’autonomie communale en créant les Communes, loi révolutionnaire intimement liée à la construction nationale, à la construction républicaine, loi qui prévoyait le non-cumul des mandats, et le droit d’initiative citoyenne !

Les élus Communistes, Parti de gauche et républicains ont tout fait pour amender un texte organisant les compétences de la Métropole avec les Communes, pas seulement au plan technique dans la territorialisation ou la mutualisation, mais aussi dans leur reconnaissance comme des collectivités partenaires de la Métropole, avec des conseils municipaux qui délibèrent comme ils le font jusqu’à aujourd’hui sur le PLU-H, la politique de la ville ou les conventions propreté. Ils ont demandé que les mutualisations entre communes puissent prendre des formes diverses, y compris la forme du syndicat intercommunal pour gérer un équipement, des lieux, des ressources techniques… Ils ont proposé un titre qui portait cet objectif « réussir la métropole avec les communes« . L’exécutif est resté sur son seul objectif « réussir la métropole« … tout un symbole !

Les résultats électoraux devraient pousser toutes les forces politiques à écouter enfin le ressentiment populaire. Gérard Collomb persiste et signe, sourd à la fracture sociale et politique…

 

 

Communiste, Parti de gauche et républicain (Pierre-Alain Millet)