Communiste, Parti de gauche et républicain - mars 2017

Le MET' n°7

Défendons l’hôpital Henry Gabrielle


La fermeture de l’hôpital Henry Gabrielle a été annoncée par les HCL avec un transfert à Desgenettes. Rénover Gabrielle couterait 38 millions (chiffre annoncé par les HCL,), des aménagements à Desgenettes se feraient pour 30 millions. Le calcul est vite fait en ces temps d’austérité, quand l’hôpital est géré selon les critères de rentabilité d’une entreprise, quand les budgets sont coupés, les postes supprimés. Mais 38 millions à Gabrielle, ce serait une offre de 284 lits, soit une augmentation de 102 places. Alors que 30 millions à Desgenettes, seulement 168 lits, soit une baisse de 15 places. Alors que les insuffisances en matière de nombre de lits sont connues, ce transfert aggraverait encore la situation. De plus le travail effectué à Henry Gabrielle est reconnu bien au-delà de la métropole. Son parc est un élément important, fondamental même dans la thérapie de chaque patient. Un de ceux-ci écrit : »Enlever le parc aux malades est un crime silencieux ». Et à Desgenettes on ne pourra retrouver un tel environnement. Et pourtant un des slogans des HCL le dit: L’environnement devient partie intégrante du soin ! Le comité de défense d’Henry Gabrielle parle d’un complot contre ce centre de rééducation fonctionnelle. À aucun moment les décideurs ne tiennent compte des besoins des patients. Quand on nous explique que le transfert serait un moyen pour des économies, nous répondons qu’il faut écouter les patients et les soignants qui parlent d’efficacité pour un retour plus rapide à l’autonomie. Henry Gabrielle a fait ses preuves. Rénover cet hôpital est la solution pour cette efficacité des soins et pour augmenter l’offre de soin. Nous interpellons le Président de la Métropole, et président du comité  de surveillance des HCL, afin qu’il ouvre le débat et revoit cette décision. Mobilisons-nous, ne laissons pas faire.

 

Communiste, Parti de gauche et républicain (Bernard Genin, président du groupe)